vendredi 15 janvier 2016

Chronique lecture #25 - Nous les menteurs / E.Lockhart




Editeur : Gallimard
Prix : 14,50 €
Nombre de pages : 273 p.
Genre : Contemporain, Young Adult
Résumé :

Une famille belle et distinguée. Une île privée.
Une fille brillante, blessée ; un garçon passionné, engagé.
Un groupe de quatre adolescents - les Menteurs - dont l'amitié sera destructrice.
Une révolution. Un accident. Un secret.
Mensonges sur mensonges.
Le grand amour. La vérité.

J'étais très impatiente de lire ce livre. Quand on l'a reçu à la bibliothèque où je suis bénévole, je me suis littéralement jetée dessus. Il fait partie d'une sélection de quatre livres pour un prix, je devais donc de toute façon le lire afin de pouvoir le classer pour ce prix.
J'avais très hâte puisque je n'avais entendu que des avis dithyrambiques, que ce soit dans la presse ou sur la blogo. 
Et bien sûr, comme presque à chaque fois dans ces cas là, j'ai été déçue. Ne vous méprenez pas, ça a été une agréable lecture, mais j'avais certainement placé la barre trop haut.

Ce roman a été vite lu. L'histoire est assez emprunte de mystère et de sous-entendus pour qu'on ai vite envie de savoir la suite. Divisé en quatre parties si mes souvenirs sont bons, il est construit de manière à ce que le lecteur puisse s'imaginer tout et n'importe quoi pendant les trois premières. L'auteure nous mène en bateau, nous distille des indices qui finalement tombent à l'eau, nous force à imaginer de multiples théories.

C'est un aspect que j'ai vraiment apprécié car on se sent nous aussi, comme le personnage central, Cadence, qui est atteinte d'amnésie partielle, complètement perdus. On a la sensation d'une chape de plomb au dessus de nos têtes durant tout le récit, prête à nous tomber dessus d'une minute à l'autre. On a de cesse de se demander quels sont les secrets de cette famille ? Que s'est-il passé lors de l'été 15 ?

On suit donc pendant les trois quarts du livres, tous les membres de la famille Sinclair, famille américaine parfaite où tous sont beaux, riches et lisses. Evidemment, cette histoire va tourner autour des apparences, qui, on le sait, sont toujours trompeuses. Cette famille est trop bien pour être honnête. On plonge dans un univers froid, manipulateur, où toutes les vérités sont loin d'être bonnes à dire. Le paraître est l'élément majeur, rien ne doit noircir le tableau de la magnifique famille Sinclair. 

"Chez nous, il n'y a pas de criminels. Pas de drogués. Pas de ratés. Les Sinclair sont sportifs, beaux, sveltes. Nous sommes une vieille fortune. Nous sourires sont étincelants, nos mentons carrés, nos services de fond de court agressifs. [...] Chez nous, personne n'est dépendant. Personne n'a tort."

Argent, tromperies, succession, vont pourtant venir perturber l'équilibre de cette famille bien sous tous rapports.

Les protagonistes sont Cadence donc, deux de ses cousins et "une pièce rapportée", Gat. Les Menteurs, comme ils s'appellent. Je n'ai pas réussi plus que ça à m'y attacher. Disons que j'ai eu de l'affection pour Gat, réaliste et les pieds sur terre et Mirren, vraie, elle aussi; mais sans réussir à me sentir désolée ou triste pour autant. 

Ce roman, presque annoncé comme un thriller finalement, avec sa grosse part d'ombre révélée à la fin, a plus été pour moi un portrait cynique de ce que peuvent créer les relations de famille fausses et malhonnêtes, des comportements qu'elles peuvent cristalliser.

Vous me sentirez donc (pour ceux qui ont lu jusqu'ici) assez mitigée. Ma note sera quand même assez bonne puisque ma lecture a été agréable. Je ne me suis pas ennuyée et j'avais envie de connaître la fin. J'ai bien apprécié la plume de l'auteur et l'idée qu'elle a eu d'intégrer dans son récit des passages de contes imaginés par Cadence. Ces contes racontent l'histoire des Sinclair d'une manière différente et originale. J'ai trouvé son l'écriture d'Emily Lockhart plus poussée et soignée que ce à quoi on est parfois confronté avec les romans plus destinés jeunesse.

Effectivement la fin est surprenante, on ne peut dire l'inverse, mais je n'ai pas été plus retournée que ça. Je m'attendais à quelque chose de plus, mais certainement car j'en avais lu beaucoup de choses avant.
Je pense lire les futures romans de l'auteure puisque j'aimerais en découvrir plus sur son style. 

Alors oui, je vous recommande cette lecture, qui nous ouvre les yeux sur les conséquences d'une éducation trop dans les apparences, trop élitiste. Simplement, faites moi plaisir et ouvrez ce livre sans attente particulière, c'est ce qui m'a empêché de l'apprécier à sa juste valeur.

8 commentaires:

  1. Ce roman me fait très envie, je pense attendre que les beaux jours reviennent - et que ma pile à lire se vide également - pour le débuter! L'avantage c'est que je n'en attends pas grand grand chose :D
    Mille baisers,

    Kaecilia - http://kaecilia.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera une bonne lecture de vacances je pense ! :)

      Supprimer
  2. Une amie m'a conseillé ce livre et il est en attente sur ma liseuse. Contrairement à toi je n'ai pas de hautes attentes même si tout le monde m'en dit du bien, du coup je l'apprécierai peut-être plus ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui certainement ! Je te le souhaite en tout cas :)

      Supprimer
  3. Coucou! :)
    J'adore ton blog visuellement, le design est très sympa. Bon, je vais lire ta chronique, parce que ce livre est sur ma Wishlist...

    C'est noté, j'ouvrirai ce livre sans aucune attentes spéciales et aprioris. Ta chronique est très intéressante. Je vais essayer de m'acheter ce livre prochainement, ça me fera du bien de changer un peu de registre. En ce moment, je lis plus des dystopies, des science-fiction et des livres sur les mariages (forcés ou presque)..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooooh merci beaucoup !

      Oui effectivement ce sera un registre différent, d'autant plus que la construction et l'écriture du livre sont assez originales :)

      Supprimer
  4. Je n'en avais jamais entendu parler, pour ma part, mais ta chronique m'intrigue (j'adoooore les histoires de famille).
    Par contre, je suis comme toi : quand je lis trop de choses hyper positives à propos d'un bouquin, j'ai tendance à placer la barre trop haute, et je suis quasi systématiquement déçue. Du coup, maintenant, j'essaie de laisser passer un peu de temps avant ma lecture, histoire d'oublier un peu les différentes critiques que j'ai pu lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que je pense à faire ça également, où à éviter de lire trop de chroniques sur un ouvrage qui me donne envie. Je suis déçue d'être un peu passée à côté de ce roman à cause de ça :/

      Supprimer