jeudi 19 novembre 2015

Chronique lecture #17 - Tristan et Iseult / Anonyme



Editeur : Le Livre de Poche
Prix : ? €
Nombre de pages : 249 p.
Genre : Classique
Résumé :

Tristan conduit Iseult la Blonde vers son futur époux, le roi Marc. A bord du navire, avant que les côtes de Cornouaille ne soient en vue, ils boivent un philtre qui les unit l'un à l'autre, pour trois ans, d'un amour indissoluble. Mais les noces d'Iseult et du roi seront célébrées et de l'amour les amants ne connaîtront que la souffrance. Racontée mille et une fois, cette vieille légende celte s'était déformée. S'inspirant des manuscrits du xiie et du xiiie siècle, René Louis a rendu à ce conte sauvage, bercé par la mer et le vent de la forêt, la force de ses origines. L'intrépide Iseult n'a jamais été la victime d'un sortilège, elle boit le vin herbé de son plein gré, pour se donner tout entière à l'amour. Et Tristan, «héros invincible et tueur de monstres», est vaincu non par le destin mais par la femme aimée à laquelle il sacrifie sa vie.

Mon avis :

J'ai mis beaucoup de temps à venir à bout de cette lecture, mais c'est de ma faute plus que de la sienne, un problème de temps, ce qui me désole. 
Venons-en au roman lui-même.
Je l'avais dans ma PAL depuis très longtemps, acquis après avoir vu une adaptation à l'opéra avec l'école étant jeune. J'avais envie de découvrir le texte écrit (même si j'ai bien compris, nous avons ici à faire à une adaptation du texte médiéval), car l'histoire m'avait touchée, même étant petite
Pourtant, comme je vous le disais dans l'article précédent celui-ci, je ne suis pas du tout une adepte de la romance. Je trouve la plupart du temps les romances contemporaines bien trop lisses et idéalisées, très éloignées de la réalité (encore une fois, c'est mon opinion et je comprends qu'on puisse aimer les romances ^^).
Seulement dans les classiques, elles prennent à mon sens une toute autre ampleur, dans la mesure où elles sont je pense le juste reflet de ce qu'elles pouvaient être à l'époque. Je me trompe peut-être totalement mais j'ai l'impression de trouver une véracité dans les romances classiques, dans la façon dont elles sont retranscrites. 

Tristan et Iseult donc (on est là pour ça quand même). Une histoire très belle pour moi, un amour indestructible qui, né sur un malentendu, devient tellement fort qu'il fera faire tout leur possible aux personnages pour être ensemble.

On va de péripéties en péripéties, Tristan et Iseult (bon, surtout Tristan) devant faire face à un chemin semé d'embûches pour être réunis. J'ai bien aimé le fait qu'on ai toujours de l'action dans ce roman, même si il faut l'avouer, les rebondissements sont toujours assez similaires. 


J'ai beaucoup aimé également le fait que certaines situations, anecdotes, nous portent à sourire. C'est parfois assez cocasse, notamment les imitations et déguisements assez divers de Tristan.


En ce qui concerne les personnages, j'ai beaucoup apprécié Brangien, femme de l'ombre protégeant sa maîtresse à ses risques et périls. J'ai parfois eu un peu de mal d'ailleurs avec Iseult, assez égocentrée, ne se rendant pas tout à fait compte des sacrifices que font pour elle les gens qui l'aiment. Tristan est un parfait héros je trouve, doté de mille et une qualités. Je dois cependant faire une remarque sur le roi Marc, complètement influençable et n’asseyant pas vraiment son autorité, ce qui m'a souvent laissée perplexe.

Je me dois quand même de préciser, en petit bémol, les situations assez grosses parfois, typiques je pense de ce genre de classique,qui permettent à Tristan de se sortir de l'embarras de manière assez, voire complètement improbable.

La fin est exactement ce que j'espérais, cruelle mais magnifique, on imagine pas d'autre issue que celle-ci.

Tristan et Iseult réunit tous les ingrédients de la romance classique qui nous tient en haleine : amitié, trahison, ressentiment, complots, pouvoir. En bref, un roman à lire au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour entrevoir les malheurs des amants prêts à tout pour se retrouver. Une romance intemporelle.

Ma note : 15/20

1 commentaire:

  1. j'avais adoré je l'ai lu ado et j'en garde un beau souvenir ;)

    RépondreSupprimer